vendredi 27 décembre 2013

Philippe


J'ai 15 ans et je me dis que j'ai la vie devant moi.
L'important c'est le matériel, surtout celui qui se voit. L'interdit c'est le no name, alors il faut que l'on se transforme en adolescent sandwich… C'est la crise, mais pas pour les marques.
Dans mes rêves les plus fous, je porte du Oxbow, histoire de me dire qu'un jour je maîtriserais l'équilibre sur une planche, mais pour l'heure il faut savoir vivre avec son budget et Quicksilver se porte bien. Le justaucorps, ça fait photo rétro des années 80, donc on porte le tee-shirt large…
Le jean est de rigueur mais uniquement Levi Strauss. On n'est pas encore sur le baggy, mais les clips de rap sont au coin du bloc.
On continue la descente et on arrive au niveau de l'élément essentiel: la basket. Pas pour le sport (ça risquerait de les abîmer) mais uniquement pour le style. Un dilemme cornélien entre la Pump et la virgule (les 3 bandes, c'est bon pour les footeux). Mon choix se décide lors d'un voyage en Californie, ce sera celle de la Déesse de la victoire. Je me rappelle avoir passer des après-midis à nettoyer l'intérieur et l'extérieur de ces chaussures, à étaler minutieusement du cirage blanc, histoire de leur redonner une seconde jeunesse (en attendant, c'est la mienne qui fuit).
Pour le blouson, j'hésite entre un Starter noir (de mon équipe locale de Baseball, les Black Angels de Ville d'Avray) et un Bombers Schott couleur pétrole.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire